Chargement...

Le Matin m’appartient

Le Soleil se lève à six heures moins le quart
 
Le vent a beaucoup fraîchi
 
Le matin le pont m’appartient jusqu’à 9 heures
 
Je regarde les matelots qui épongent le spardeck
 
Les hautes vagues
 
Un vapeur brésilien que nous rattrapons
 
Un seul et unique oiseau blanc et noir
 
Quand apparaissent les premières femmes que le vent secoue et les fillettes qu’il trousse en découvrant leur petit derrière en chair de poule je redescends dans ma cabine
 
Et me remets au travail
Autres oeuvres par Blaise Cendrars ...



Top