Cargando...

Je suis plus pauvre que jamais

Je suis plus pauvre que jamais
         Et que personne ;
Mais j’ai ton cou gras, tes bras frais.
         Ta façon bonne
De faire l’amour, et le tour
         Leste et frivole,
Et la caresse, nuit et jour,
         De ta parole.
 
Je suis riche de tes beaux yeux.
         De ta poitrine,
Nid follement voluptueux,
         Couche ivoirine
Où mon désir, las d’autre part.
         Se ravigore
Et pour d’autres ébats repart
         Plus brave encore...
 
Sans doute tu ne m’aimes pas
         Comme je t’aime,
Je sais combien tu me trompes
         Jusqu’à l’extrême.
Que me fait, puisque je ne vis
         Qu’en ton essence,
Et que tu tiens mes sens ravis
         Sous ta puissance ?

Chansons pour elle (1891)

#ÉcrivainsFrançais

Otras obras de Paul Verlaine...



Top