Ô Louis ! je songeais ! – Baigné d’ombre sereine,
Le soir tombait ; des feux scintillaient dans la plaine ;
Les vastes flots berçaient le nid de l’alcyon ;
J’écoutais vers le ciel, où toute aube commence,
Monter confusément une louange immense
Des deux extrémités de la création.
 
Ce que Dieu fit petit chantait dans son délire
Tout ce que Dieu fait grand, et je voyais sourire
Le colosse à l’atome et l’étoile au flambeau ;
La nature semblait n’avoir qu’une âme aimante.
La montagne disait : Que la fleur est charmante !
Le moucheron disait : Que l’océan est beau !

"Les rayons et les ombres (1840)"
Le 3 avril 1840.

#ÉcrivainsFrançais

  • 0
  • 0
  •  
  •  
Login per commentare...
Email

Altre opere di Victor Hugo...

Alcuni poeti che seguono Victor Hugo...

fabian solano medina Angélica Gonzalo Oto Sanders Gregorio H. Ada Zoe