J’implore ta pitié, Toi, l’unique que j’aime,
Du fond du gouffre obscur où mon coeur est tombé.
C’est un univers morne à l’horizon plombé,
Où nagent dans la nuit l’horreur et le blasphème ;
 
Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,
Et les six autres mois la nuit couvre la terre ;
C’est un pays plus nu que la terre polaire
—Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois !
 
Or il n’est pas d’horreur au monde qui surpasse
La froide cruauté de ce soleil de glace
Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos ;
 
Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide,
Tant l’écheveau du temps lentement se dévide !

  • 0
  • 0
  •  
  •  
Les fleurs du mal
S'identifier Commentaires...
Email

Autres oeuvres par Charles Baudelaire...

Quelques poètes qui suivent Charles Baudelaire...

Pili M. Misael Cureño