Le loup criait sous les feuilles
En crachant les belles plumes
De son repas de volailles :
Comme lui je me consume.
 
Les salades, les fruits
N’attendent que la cueillette ;
Mais l’araignée de la haie
Ne mange que des violettes.
 
Que je dorme ! que je bouille
Aux autels de Salomon.
Le bouillon court sur la rouille,
Et se mêle au Cédron.

"Derniers vers (1872)"

#ÉcrivainsFrançais

  • 0
  • 0
  •  
  •  
S'identifier Commentaires...
Email

Autres oeuvres par Arthur Rimbaud...

Quelques poètes qui suivent Arthur Rimbaud...

Misael Cureño María Inés Navarro Hernández