Chargement...

La matinée confiante

La route était aisée sous les arbres
II se rappelait que quelques mois auparavant
Il avait rencontré une jolie fille qui s’appelait
Caroline
Et marcher vite et encore plus vite
Cheval de nuage dressé cabré hennissant
quels parfums !
Aux détours de la route la mer est bleue
L’air chaud et silencieux vibre
Il descend des hautes collines vers les plages
vite toujours plus vite
Il arrive à la baie
où cerné par des marins
mi-corps dans la mer
et armés d’épicux
Un grand poisson marin se débat dans l’eau pas assez
profonde
Et se rapproche du sable sec et de la mort
La nuit suivante la porte de la maison isolée
Prés des grands arbres
S’ouvre
En sort une femme
Elle disparait à travers les ténèbres
Dans une direction inconnue
Beau paysage
Heureuse matinée
Heures passées
Autres oeuvres par Robert Desnos ...



Top